kkkk [woocommerce_currency_switcher_drop_down_box]
Devise
Langue
(+212) 600000000
(+212) 600000000
Recherche

Les poteries marocaines ont des spécificités artistiques en fonction des régions.

Les poteries marocaines des villes sont toujours émaillées et décorées. Fès, Safi, Salé, Marrakech et Tétouan sont les cinq centres de céramique marocaine.

Hassan…

LA POTERIE DE FES

C’est à Fès que l’on trouve les pièces de céramique les plus finement travaillées et décorées. Une cinquantaine de maalems potiers et faïenciers emploient chacun quatre ou cinq ouvriers et apprentis dans ce qu’on peut appeler la capitale de poterie marocaine. Lorsque la céramique est émaillée, le fond est blanc, le dessin épigraphique, géométrique ou oral (uniquement bleu) ou présente des motifs dessinés en bleu ou brun, remplis de jaune ou de vert.

A Fès, on trouve aussi des faïences bleues sur fond blanc et divers styles de poteries venant des campagnes environnantes.

Les anciennes poteries ne comportaient jamais plus de cinq couleurs (sur fond blanc, le brun, le vert, le jaune et le bleu).

Des oxydes métalliques proviennent des minerais de la région, dont le bleu est obtenu à partir d’un minerai de cobalt qui contenait du nickel. En affinant ce minerai, le bleu devient plus profond, moins gris.

Les pièces décorées sont réalisées à partir d’un mélange très élaboré contenant du feldsparh, du sable, de la chamotte, de l’argile d’Agadir et du kaolin de Nador.

Les motifs des poteries marocaines de Fès restent en grande partie liés à la nature (noyau d’olive, amande, marjolaine, jasmin) ou au patrimoine architectural

(zellige, damier, colonne). Assiettes, bols, vases sont souvent ornés de couleurs vives et de motifs pointillés, tracés avec l’index trempé dans du goudron. Zellige et carreaux de faïence sans émail sont la spécialité de Fès.

LA POTERIE DE SAFI

Située au bord de l’atlantique, Safi est d’abord réputée pour sa faïence bleue, héritée des potiers de Fès venus s’installer au XIXème siècle. Mais la poterie safiote est polychrome.

La faïence de Safi est fabriquée avec une argile ultra-légère et des émaux à reflets métalliques. Les artisans usent d’argile rouge et de kaolin qui sert d’engobe. Un émail staminifère appelé cobalt (mélange d’étain et de plomb) sert pour la couverture. Plus il y a d’étain et plus la couverture est d’un blanc pur, soyeux et opaque. Avec peu d’étain, la couverture est jaune.

Les dessins à base de courbes, ni linéaires ni orales, offrent une symétrie classique. Avec le temps, le style évolue et on trouve parmi les créations des inspirations persanes ou chinoises à l’abstraction la plus heureuse.

La fameuse colline des potiers avec ses ateliers en est un témoignage vivant. Tout dans la cité, évoque ou se rattache à la céramique. Aujourd’hui, la poterie safiote a acquis une réputation internationale.

On produit à Safi toutes sortes d’objets façonnés au tour ainsi que des tuiles à l’ancienne, très demandées au Maroc.

LA POTERIE DE SALE

La plasticité exceptionnelle des terres argileuses des environs a construit la renommée de la céramique de Salé. Les carrières d’argile d’Oujla, aux portes de la ville, fournissent les artisans potiers en matière première de qualité. Ils utilisent un mélange de trois terres :

  • La terre à briques, qui contient du sable ;
  • L’argile d’Oujla ;
  • Un mélange particulier pour la céramique émaillée, fait d’argile rouge, d’argile blanche et une terre d’alluvions de l’oued ramassée à un mètre de profondeur.

Les poteries de Salé se caractérisent par leurs teintes discrètes posées sur une engobe blanche, vert d’eau, bleu pale ou brun avec des lignes fines en forme de Khoulala ou de feuilles d’arbre.

Les motifs sont assez éclectiques (berbères, andalous). Contrairement aux poteries de Fès, très lisses, les contours des motifs sont à Salé, gravés en creux.

LA POTERIE DE MARRAKECH

La ville rouge abrite deux foyers de poterie marocaine importants, à Sidi Amra et à Bab Debbagh.

La faïence ornementale semble avoir subi une éclipse entre l’époque almohade, où elle avait orné le minaret de la Koutoubia et le règne des Saadiens où les artisans de Fès prirent la relève pour décorer les fameux tombeaux de la dynastie ainsi que de nombreux bâtiments civils et mosquées.

A présent, une poterie à décor émaillé est venue remplacer la poterie préexistante.

Marrakech est, avec Meknès et Rabat, un centre de fabrication de tuiles, vertes et vernissées, qui recouvrent les toits des mosquées, des palais et de certains monuments publics. Vus de loin, les toits ainsi fabriqués ressemblent à des jardins.

LA POTERIE DE TETOUAN

La ville du nord est spécialiste d’un décor émaillé polychrome qui rappelle les azuelos espagnols, hispano-mauresque fait d’entrelacs et d’arabesques. A Tétouan, sont également fabriqués les zelliges, les mosaïques de faïence moulées, émaillées et cuites avant d’être assemblées, ce qui leur donne un relief caractéristique.

Elles utilisent cinq couleurs traditionnelles (blanc, ocre, bleu, vert et noir).

Au sud-est de la ville, en bordure de la Méditerranée, à Oued Laou, les femmes fabriquent à la main une poterie utilitaire, non ou à peine décorée, qui reste dominante dans les villes et les campagnes, surtout en rapport avec les usages culinaires.

Les céramiques servent à la préparation des aliments ou à leur conservation.

Les potiers ont ainsi l’occasion de s’exprimer sur des objets tels que des plats, des assiettes, des jarres, des récipients, bols, pots, vases ou bouteilles…

LE ZELLIGE

Le zellige constitue un élément d’architecture berbère et hispano mauresque, qui a su parfaitement s’adapter aux styles de décoration contemporains tout en préservant un mode de fabrication artisanal.

Carreaux de terre cuite recouverts ou non d’émail taillés manuellement, ces pièces composent ensuite un motif qui obéit à certaines règles, par un jeu de puzzle cohérent : continuité des lignes, alternance des couleurs et jeux de symétrie.

Expressions multicolores du génie artisanal marocain, le zellige orne dans les fontaines, les bassins, les colonnes ou les murs des belles demeures.

Le savoir-faire marocain est reconnu mondialement grâce à l’ingéniosité et l’expertise de ses grands maalems.

La créativité de l’artisan conduit parfois à des défis techniques, tant la taille des zelliges devient fine et minutieuse. Ainsi, certaines petites rosaces centrales se composent de centaines de pièces de zelliges.

Haut de page
Le produit a été ajouté à votre panier